Stéroïdes – Historique

L´ commence dans les années trente du 20ème siècle : le premier stéroïde anabolisant (l´androstènone) a été isolé en 1931 en Allemagne et synthétisé trois ans plus tard par le chimique tchéco-croate Leopold Ruzicka qui travaillait en Suisse. L’année suivante, on a réussi l´isolement de la testostérone et les premiers essais cliniques (plus précisément il s’agissait de l´administration du propionate de testostérone et de metyltestostérone) ont eu lieu en 1937. Dès le départ il était évident que ce groupe d’hormones a certains effets anabolisants et androgéniques, bien que cette idée était systématiquement mise en cause jusqu´aux années 70 du vingtième siècle.

Les premiers utilisateurs des stéroïdes, qui ne souffraient d’aucune maladie et qui prenaient ces substances dans le but d’augmenter la masse musculaire et la force physique, c’étaient des athlètes olympiques.

Lors d’une rencontre légendaire au courant du championnat d’haltérophilie en 1954 à Vienne, le médecin de l´équipe soviétique discutait avec son collègue américain à propos des substances qu´ils donnent aux sportifs. Après quelques verres de vodka, le russe a dévoilé le secret de la réussite soviétique – la testostérone. Seulement, ce médecin américain, ce n´était personne d’autre que John B. Ziegler, le bodybuilder amateur lui-même et un chimiste habile (travaillant pour l´atlante pharmaceutique Ciba), a commencé ses propres expérimentes avec des stéroïdes dès son retour aux USA. Son effort a abouti au lancement du nouveau médicament sur le marché : son nom était Dianabol (fabriqué par le concerne Ciba bien entendu) et il est toujours pris pour l´un des stéroïdes les plus efficaces dans l´histoire.

Du coup, il s’est avéré, que l´utilisation des stéroïdes exige de la discipline et une surveillance médicale. Beaucoup de sportifs se sont attiré, en s’ordonnant du Dianabol (le dopage n’était pas encore interdit è  l´époque) des maladies graves (du foie pour la plupart des cas), quand ils prenaient, pendant longtemps, des doses bien plus élevées que MUDr. Ziegler leur avait prescrites. Bien que le docteur Ziegler avait apporté des stéroïdes aux États-unis, plus tard il regrettait son œuvre justement en raison de leur utilisation abusive et dangereuse de la part des sportifs. Mais il était déjà  trop tard et des stéroïdes anabolisants se sont diffusés en vitesse d’une épidémie, tout d’abord dans le milieu des sports de force et ensuite dans d’autres disciplines sportives également.

Dans les années soixante du siècle dernier il était bien évident que certains des athlètes californiens outrepassaient largement leurs concurrents sous tous les rapports et que ce n’était pas grâce aux compléments alimentaires protéinés de Joe Weider. L´époque des stéroïdes est arrivé. Il faut se rendre compte du fait que les stéroïdes étaient encore tout à fait légaux dans cette phase-là . Tantôt ils se sont retrouvés à  l´œil des agences anti-dopage et ils sont été interdits pour des compétitions officielles. Toutefois, cette interdiction n’a jamais été réalisée dans le cas du culturisme ce qui a crÉe une situation paradoxale, quand tout un secteur sportif dépend du groupe de substances interdites.

En 1990, le congrès des États-unis a imposé une loi qui a classé des stéroïdes anabolisants parmi les substances contrôlées de la catégorie III et en conséquence, rien que la détention de stéroïdes représente un délit aux USA puni de la réclusion (les prohormones, c’est à dire les précurseurs de stéroïdes, ont été classés dans le même groupe un peu plus tard). La plupart des pays occidentaux a suivi cette voie dans leurs législatives respectives et ceci en dépit de la polémique suscitée par cette interdiction.