Effets des stéroïdes anabolisants

(David Steen)

Des stéroïdes androgéniques anabolisants sont des substances chimiques proches d’une hormone sexuelle, la testostérone qui est produit naturellement dans l´organisme masculin et féminin. La testostérone est sécrétée par les glandes surrénales, par les ovaires et surtout par les cellules de Leydig des testicules masculins. La testostérone, à  l’image des autres stéroïdes, est dérivé du cholestérol dans une série de réactions chimiques assez compliquées. L´organisme transforme une partie plus importante de la testostérone soit en dihydrotestostérone (DHT), ce qui est une androgène forte, ou bien il l´aromatise en estradiol, ce qui est une estrogène importante.

La testostérone et la DHT activent les récepteurs androgènes de certaines cellules, alors que l´estradiol active les récepteurs oestrogènes. L´activation des récepteurs androgènes fait développer les caractères sexuels primaires et secondaires, la croissance des cordes vocales et la pilosité, plus tard la perte des cheveux et l´accroissement de la masse musculaire, et la synthèse de protéines. De l´autre part, l´activation des récepteurs oestrogènes provoque des effets tout À  fait différents, comme la gynécomastie (développement de seins), diminution de la masse musculaire, augmentation de la graisse hypodermique, dysfonction érectile, bouffées de chaleur et sueurs, diminution de la libido chez les hommes.

Des effets négatifs de l´ œstrogène décrits plus haut sont liés au niveau élevé d’estradiol ce qui est le résultat du très grands taux de testostérone. Comme on peut voir, les effets de la testostérone ne sont pas uniquement anabolisants et androgènes, mais Également totalement contraires par suite de L´aromatisation. Du point de vue des sportifs, des effets androgènes et oestrogènes excessifs de stéroïdes androgéniques anabolisants Étaient toujours vus comme le problème de principe.

Le Saint Graal des utilisateurs non médicinaux de stéroïdes, ça serait un médicament avec des effets anabolisants au maximum et des effets androgènes et œstrogènes minimum. Bien qu’une telle substance idéale ne soit pas encore trouvée, les savants ont réussi à synthétiser un tas d’hormones proches à  la testostérone qui la dépassent à cet égard. Cela veut dire, qu’ils existent certains stéroïdes anabolisant (décrits ailleurs sur ces pages Web) qui présentent un taux d’aromatisation considérablement plus faible (ils se transforment en œstrogène avec moins d’empressement) ou bien des effets androgènes moins prononcés (comme perte des cheveux ou l´agrandissement de la prostate) tout en gardant leurs effets anabolisants.

En tout cas, la plupart des stéroïdes anabolisants, si ce ne sont pas tous, utilisés à dosage élevé pour faire augmenter la masse musculaire, exigent l´administration de certains médicaments de support – soit de médicaments pour bloquer la conversion de stéroïdes androgéniques anabolisant en œstrogène (en générale en bloquant l´enzyme aromatase qui est responsable de ce processus), ou bien de médicaments pour stimuler la production naturelle de testostérone dans l´organisme.

Surtout le second groupe de médicaments est quasi indispensable, en raison du feedback négatif qui règle la production de testostérone et de la majorité d’hormones dans notre corps : quand les récepteurs notent l´excès d’une hormone quelconque, sa production naturelle est suspendue automatiquement. Dans le cas où cette situation durerait plus longtemps, plus de deux mois d’habitude, la production naturelle de l´hormone donnée peut être perturbée durablement et irréversiblement. Donnons l´exemple de corticostéroïdes. Ce groupe d’hormones, proche au cortisol, est couramment administré par les médecins durant le traitement d’eczéma et d’autres problèmes de la peau. Puisque L´organisme reçoit du cortisol de l´extérieur, l´information passe pour arrêter la production de cette hormone importante de glandes surrénales. C’est pour cette raison que les corticostéroïdes sont toujours utilisés juste un certain temps suivi d’une pause de rétablissement où l´organisme peut relancer la production de cortisol par les glandes surrénales. Le même principe est valable pour des stéroïdes anabolisants, cette alternance des périodes de traitement et de pause chez les sportifs on appelle le cycling. Autant donné que tous les stéroïdes anabolisants exercent une certaine influence négative sur la production naturelle de testostérone, leur utilisation ne doit pas dépasser un certain temps (quatre à huit semaines en générale, où les cycles plus courts sont mois dangereux) et elle est suivie d’une période de repos équivalente ou plus longue. Comme les sportifs utilisent des stéroïdes anabolisants à dosage très élevé, l´arrêt du traitement en lui-même n’est pas suffisant et des médicaments de support deviennent indispensables.

Il est à rajouter que la caractéristique la plus sous-estimée de certains stéroïdes anabolisants, c’est le temps de leur action. D’ordinaire, les athlètes utilisent ces substances pendant huit semaines environ et ils appellent ce temps un cycle. Seulement, beaucoup de stéroïdes intramusculaires répriment la production de testostérone encore quelques semaines après le traitement ce qui veut dire en pratique, que la durée réelle du cycle du point de vue médical n’est pas 8 mais 12 semaines par exemple. Avec des cycles aussi longues, l´organisme se retrouve dans l´état où la production naturelle d’hormones sera très difficilement régénérable même avec des médicaments complémentaires.

Et là on tombe sur un autre sujet important, ce qui est la différence entre les stéroïdes oraux et intramusculaires. Les stéroïdes oraux ont un inconvénient principal (pour le moins leur majorité) et c’est leur hépato-toxicité (effets néfastes sur le foie). Il est pratiquement impossible qu’un culturiste sérieux utilise des stéroïdes oraux pendant une longue période sans s’attirer une maladie du foie. De l´autre part, l´action de stéroïdes oraux est courte et en cas de complications on peut immédiatement arrêter le traitement. Je pense que les stéroïdes oraux sont un meilleur choix pour les débutants qui ne savent pas comment leur organisme réagira-t-il au traitement. Les stéroïdes intramusculaires offrent quelques avantages : on peut les utiliser une fois par semaine (certains sont injectés quotidiennement, personnellement, je déconseille ces substances pour beaucoup de complications possibles), ils dévient le foie et il y en a qui sont relativement bien tolérés par le corps humain. De l´autre part, en cas de participation aux compétitions où on subit des tests anti-dopage, le temps de détection de ces substances est de plusieurs mois après l´application.

Et enfin encore un avertissement concernant les stéroïdes intramusculaires : actuellement, quand la plupart des sportifs utilisent des médicaments fabriqués dans des laboratoires illégaux, la contamination est devenue le problème primordial. Des comprimés contaminés sont dangereux, mais votre organisme s’y accommodera sans doute. 1% de contamination est courant chez les stéroïdes injectables. Mais il y a des laboratoires clandestins qui vendent des substances contaminées à  5%, ce qui est très dangereux. 10% de contamination peut facilement vous tuer.