Régime salubre

(David Steen)

A l’heure actuelle il est déjà normal que les sportifs sont bien informés des effets différents de divers régimes et nous supposons que nos lecteurs le sont également. Toutefois, il y a encore des aspects relativement sous-estimés et nous voulons les signaler aux sportifs.
Parmi les utilisateurs de stéroïdes on compte le plus souvent des culturistes ou d’autres sportifs de force. Les sports de force exigent un régime riche en protéines, mais le problème de protéines c’est que lors de leur transformation, les reins et le foie sécrètent une grande quantité d’azote ce qui les surcharge extrêmement. Un long régime riche en protéines augmente considérablement le risque de maladies des reins et du foie. Autant donné que ce sont justement ces deux organes qui souffrent le plus Également de l’utilisation de stéroïdes (surtout oraux), le sportif peut se retrouver dans la situation où leur maladie devient presque inévitable.

Pour minimiser l’incidence des stéroïdes et du régime riche en protéines, il est avant tout nécessaire d’Éliminer du menu, avec intransigeance, toutes les boissons carbonisées, repas frits (surtout fast foods), repas gras et l’alcool. Évitez également l’utilisation des objets en aluminium, tant pour la cuisson que pour le service (des pays occidentaux n’en utilisent plus mais on les trouve dans beaucoup de pays en voie de développement).

Certains repas, Épices et compléments alimentaires ont des effets bénéfiques sur le foie et sur les reins (par exemple la curcumine entrant dans la composition du curry indien). Tâchez intégrer ces repas dans votre régime. Il est Également indispensable de se faire faire des tests cliniques pour vérifier la fonction de ces organes au moins deux fois par année, parce que la défaillance du foie et des reins surtout peut Être mortelle.

Vous pouvez obtenir plus d’informations sur le régime hautement protéiné dans l’article publié par la clinique de prestige Mayo Clinic (l’article est en anglais). Un autre aspect souvent sous-estimé du régime des sportifs ce sont des phytoestrogènes. Il s’agit d’un groupe de substances produites naturellement par les plantes. Du fait de la similarité de leur structure avec l’hormone sexuelle féminine oestrogène, les phytoestrogènes ont la capacité de provoquer des effets analogues sur l’organisme humain. L’étendue des effets de ces substances n’est pas tout à fait connue, mais il existe une hypothèse justifiée pour dire qu’il faudrait Éliminer les phytoestrogènes de la nourriture si on veut augmenter sa masse musculaire. Le soja, les produits de soja (y compris le tofu, le lait de soja etc.) tout comme les graines de lin, ce sont des sources principales de phytoestrogènes dans notre régime. De nos jours c’est surtout le soja qui est rajouté dans tout un tas de semi-produits, même de viande. Certaines études disent que les produits de soja fermentés contiennent moins de phytoestrogènes.

L’article scientifique probablement le plus important s’occupant des phytoestrogènes (Dietary oestrogens and male fertility potential (West M.C.L., Anderson L.,McClure N., Lewis S.E.M.-Queen’s University Belfast, UK) signale Également l’effet des phytoestrogènes dans la nourriture sur la fertilité masculine, ce qui ne fait que confirmer la puissance de ces substances.